Le Foyer

1.250 m2 SP / 1.940.000 €HT (hors VRD)

Maître d’ouvrage CdC du Pays Ribéracois

Equipe (base Mop)
180 degrés / Overdrive / IBC / SICC / Physalis

Programme 16 Chambres de 4 apprentis, 2 chambres d’hébergement social, foyer, espace de restauration et services

Livraison Janvier 2019

+ Fiche projet

Le Foyer est une émanation de son contexte. C’est sa relation avec son environnement qui régit sa forme dans toutes ses composantes.
Son architecture conclut la composition des anciens établissements qui constituaient la gare de Siorac-de-Ribérac :
– la gare des voyageurs, transformée en pôle administratif et d’accueil,
– la halle des marchandises, réhabilitée en restaurant d’application et coeur de l’activité de la Maison Familiale et Rurale,
– et dorénavant le troisième élément retrouvé, évocation du hangar agricole, pour accueillir le centre d’hébergement des apprentis du centre de formation.
Naturellement, le projet s’intègre à cette composition, dans l’alignement des bâtiments le long du tracé de la voie de chemin de fer.
Naturellement, il emploie les canons de composition architecturale de ces hangars agricoles ; formes longilignes en bois qui jalonnaient auparavant le paysage de cette campagne vallonnée.
Naturellement, grâce à l’auvent, l’accueil du centre, son foyer et l’espace de restauration peuvent s’ouvrir tout autant vers les autres bâtiments que vers la vallée au sud.
Le creusement de la peau de bois donne au centre d’hébergement son statut d’établissement d’accueil, non seulement pour les apprentis, mais aussi pour tous les bénéficiaires de son offre sociale.

Nous avons choisi de solliciter les gisements disponibles sur ce site, avec :
– L’ouverture sud pour captation des apports solaires hivernaux stockés et lissés par apport d’inertie avec un mur en pisé et une chape béton.
– La réalisation d’un profil de toiture en crête dans le sens des vents dominants permettant alors de limiter les efforts sur la charpente.
– Une ventilation hygiénique de confort assurée naturellement par des émergences qui, faisant également office de cheminées solaires, tirent parti des vents, du soleil et du tirage thermique.
– Une assise écrasée sur terre-plein permettant de profiter de l’immense réservoir d’inertie du sol.
– Le gradient thermique nocturne en vue de rafraîchir passivement les locaux par un couplage systématique inertie/ventilation naturelle.
– La voûte céleste via des sheds vitrés en toiture, qui irriguent en lumière naturelle sans éblouissement le foyer et la restauration, en en faisant de vrais lieux de vie.
– La puissance solaire pour produire localement à la fois de la chaleur et de
l’électricité.